LA PÉDAGOGIE DES ADULTES- SDL- Gerald Grow


APPRENDRE  AUX APPRENANTS A S’AUTODIRIGER

 « L’AUTO-APPRENTISSAGE »

(Self-Directed Learning)

Les principales raisons qui m’incitent à traduire ce thème pour le mettre à la disposition du monde francophone, le parent pauvre en méthodologie au niveau d’andragogie, management et développement humain, sont : le sens de responsabilité, l’abnégation, l’esprit de l’amélioration continue et la ferme volonté de chercher à exceller à travers les recherches et les pratiques.

Gerald GROW cherche à démolir les obstacles et frontières entre les différentes couches sociales par un enseignement et une formation équitables à objectif  RÉSULTAT par la grande considération des apprenants. Il est bien un professeur « HUMANISTE »  qui cherche à conjuguer  entre l’équité, la démocratie et le façonnage des Hommes du futur responsables par  des méthodes  impliquant davantage les apprenants.
Et quand, je dis le résultat je ne vise pas les diplômes, je vise la réussite dans la vie personnelle et professionnelle (compétences).
L’école ou l’université traditionnelle est de plus en plus inadaptée à la grande majorité des élèves et étudiants dans un monde en pleine mutation.
Elle ne peut que fabriquer de plus en plus d’inadaptés, de dégoûtés à vie d’apprendre, de marginaux, alors qu’une formation continue, active et coopérative, est déjà une nécessité.
Si nous acceptons que tous les élèves et étudiants soient différents, nous devons prendre cette différence en considération pour adapter nos méthodes et programmes d’enseignement et formation. Nous devons concilier la « réussite » en études et l’épanouissement de l’individu.
Qui a gardé intactes son énergie, sa confiance en lui-même, sa soif d’apprendre, de comprendre et d’entreprendre, et sa capacité à s’adapter tout au long de sa vie ?
C’est pour cela que je souhaite soulever, à travers cette interface, une discussion fructueuse concernant l’art de la formation (Pédagogie-Andragogie) et le Développement Humain. Nous savons que le développement personnel par l’entrainement et le coaching était réservé à l’élite à savoir les politiciens, les riches, les hauts managers. Plusieurs ouvrages étaient conservés sous silence et loin des yeux. Aujourd’hui, nous remarquons que ce domaine de développement humain (personnel), une fois dévoilé au cours de cette décennie, le voici fort sollicité par toutes les couches. Je ne souhaite pas citer les noms d’auteurs, ni acteurs dans ce domaine puisqu’il existe des vrais LEADERS PROFESSIONNELS et d’autres qui prétendent vendre tout, oui, je dis tout sur le dos d’un clic.
C’est pourquoi je trouve bien utile qu’il est, fort nécessaire, d’apprendre aux apprenants à mieux choisir entre les vendeurs de ces prestations. Il leur appartient de choisir ou bien avoir un avis sur les programmes. Le temps des programmes du genre « PRÊT À PORTER » est révolu. Il existe , réellement, des vrais professionnels de renommée dont le parcours est très riche par la pratique et d’autres qui ne font que vendre un nombre de pages à quelques sous pour offrir des recettes miracles.
Le développement humain (personnel), malheureusement, ne s’apprend pas aux écoles. Il est d’une grande importance pour façonner les Hommes et les Femmes. Il permet une nouvelle réflexion sur soi, ses habitudes, ses projets et objectifs, projet personnel et professionnel. Les personnes qui auront la chance d’être formées et entrainées par des Professionnels verront la vie, le monde d’un autre œil. Elles sauront prendre leur responsabilité et cesseront d’imputer leurs échecs aux autres.
L’andragogie reste un facteur principal pour mener cette tâche à des horizons meilleurs. Les nouveautés en andragogie commencent à se focaliser sur l’individu lui-même, ses objectifs personnels, son autonomie, l’apprendre comment s’autoformer en continu, affuter son cerveau pour développer le facteur intelligence.
L’andragogie et ses nouvelles méthodes combattent l’exclusion et œuvrent dans le sens de considérer l’intelligence globale du groupe au lieu d’applaudir les meilleurs.
Que dira un enseignant ou formateur quand il se voit accorder une note qui ne peut être que la moyenne des notes de son groupe ?
Que dira-t-il à Socrate qui dit : «  Si le disciple n’a pas compris, cela veut dire que le Maitre n’as bien fait » ?
Quand l’Andragogie fait appel au développement humain, notre enseignement et formation façonneront des gens autonomes qui peuvent s’adapter à toutes les situations. Notre monde connait des changements, des innovations et créations à tous les niveaux y compris les sciences et les méthodes pédagogiques et le management qui ont prouvé leur efficacité et même leur efficience.
Ceci exige une formation continue à vie d’où vient l’importance de l’enseignement de l’autoformation.
Quand les méthodes d’enseignement se conjuguent à fond avec le développement humain (personnel), ils permettront aux générations futures de créer leur changement ou bien s’y adapter par une réflexion objective et productive. Ils agiront en tant qu’intelligence globale grâce à l’esprit de réelle collaboration et coopération et non comme des suiveurs dociles dépourvus d’avis et d’intérêts.
Je viens de consulter le site de l’ex-professeur du journalisme. J’ai trouvé que ce site est bien riche. Il traite en détail la pédagogie de l’autonomie d’apprentissage « apprendre aux étudiants à s’autoformer,  s’autodiriger, s’autogérer ». Cette importance me parait bien utile à travers la méthodologie et le souci de l’auteur à améliorer la qualité de l’enseignement en forgeant l’apprenant à devenir bien autonome et responsable de sa formation.
Après l’autorisation de Gerald GROW, voilà, je traduis le contenu de son site pour le rendre accessible au monde francophone et susciter une discussion autour de ce sujet.

NB : C’est bien après que certains articles et un livre traitent l’AUTOFORMATION, parmi lesquels LA FORMATION AUTODIRIGÉE- Philippe Carré, André Moisan

 

L’ENSEIGENEMENT AUTODIRIGE Par Gerald Grow
Traduction sur autorisation par: Mohammed ZMAIMITA

Information sur l’Auteur :

À l’été 2009, il a eu sa retraite après avoir enseigné le journalisme au collège pendant 24 ans, et il voudrait renouer avec ce genre de questions d’éducation par cet article a été largement apprécié pour l’amélioration de la qualité d’enseignement.
Pour des détails concernant l’auteur (veuillez visiter son site)

Historique de la publication:

La version imprimée de cet article est parue dans le trimestriel « l’Éducation des Adultes », Vol. 41, n ° 3, printemps 1991, p. 125-149, et a été largement repris pour une utilisation dans les lectures de cours et des séries d’information donnée aux nouveaux enseignants.

Résumé

Basée sur le modèle du Leadeurship Situationnel de Hersey et Blanchard, la scénarisation de l’autoapprentissage organisée sur le Modèle propose que les apprenants doivent avancer à travers des étapes d’une façon croissante et autonome. Les professeurs peuvent aider ou bloquer cette démarche de développement. L’enseignement de qualité correspond à l’étape de l’autoapprentissage de l’apprenant et l’aide à avancer vers une plus large autonomie. Des méthodes spécifiques sont proposées pour apprendre aux étudiants ces différentes étapes. De nombreux et différents styles d’enseignement peuvent être efficaces s’ils sont convenablement appliqués. On explique plusieurs difficultés pédagogiques comme des disparités entre le style du professeur et l’étape de l’apprentissage, particulièrement la disparité entre un étudiant ayant besoin d’être orienté et un professeur non directif.
Le modèle est appliqué à un cours, une seule classe et le programme d’études complet.

Introduction :

Quand j’ai commencé à enseigner à l’université à la fin des années 60, beaucoup de mes étudiants étaient des professeurs chargés des classes pour la re-certification. Il ne m’est jamais arrivé de pratiquer la formation continue. Mais ils ont appris si différemment que des étudiants plus jeunes – tellement plus personnellement et volontairement et avec tant d’indépendance – qu’ils m’ont apprirent de nouvelles façons d’enseigner. La première leçon et la plus dure a pris environ une année : se taire et écouter. Inspiré par d’autres possibilités, j’ai recherché des éducateurs dans le secteur de San Francisco avec des intérêts semblables et je les ai rejoints dans des ateliers et des groupes d’étude pour apprendre ce que nous avons appelé l’enseignement « humaniste« . La Caractéristique des temps, c’est que j’ai écrit un manifeste sur l’autodidaxie, » des observations concernant une Université Idéale, » qui a été publié dans un journal d’enseignement des professeurs.
Après quinze ans à l’extérieur du monde universitaire, je me suis rendu à la salle de classe d’université – l’enseignement du journalisme de magazine à une université d’État. Seulement maintenant les étudiants ont répondu différemment. Plusieurs étaient passifs et dépendants d’apprendre. Quand j’avais pensé pratiquer les méthodes d’enseignement centrées sur l’apprenant, certains avaient résisté.
Quelques-uns sont devenus provocants, ou d’un air provocant par leur indifférence. La réponse d’une étudiante cependant m’a fait repenser ce que je savais de l’enseignement. Elle m’a détesté !

J’avais reçu la gamme habituelle de réponses d’une étudiante. Personne ne m’avait jamais détesté. Peu importe comment j’étais agréable ou comment était grand l’intérêt que j’ai montré dans son propre processus d’étude, elle m’a simplement détesté. J’ai été aussi abasourdi pour trouver une réponse constructive. Je ne pouvais pas la faire parler. Les collègues ne pouvaient pas m’aider à comprendre ce qui arrivait ou que faire. (Quelqu’un a pensé que je peux être un mauvais professeur pour admettre de tels comportements). Depuis la haine de cette étudiante, je vois un signal d’autres échecs qui peuvent atteindre d’autres étudiants. Là, je savais alors que je devrais apprendre à enseigner différemment ou me congédier.
Suite à la lutte avec ce problème, j’ai trouvé un concept autour duquel je réorganise ma compréhension de l’enseignement :

 

  • Les étudiants ont des capacités différentes à être autogérés, les Professeurs doivent adapter leurs méthodes aux réponses.
  • On peut apprendre l’Autonomie d’apprentissage.
    Cet article présente un modèle – l’apprentissage autogéré par étapes  (the Staged Self-Directed Learning ) SSDL. Le Modèle suggère comment les professeurs peuvent activement armer les étudiants à devenir plus autonomes et autodirigés dans leurs études.

 

Table des matières

II. Le modèle

Ici vous trouverez un résumé de la discussion complexe de la signification de

«L’auto-apprentissage. »

Le cœur de l’idée :
Figure 1 présente les quatre étapes du modèle SSDL, qui ont été inspirées des quatre styles du leadership décrits dans le leadership situationnel.
Figure 1. La mise en scène autogérée modèle d’apprentissage.
L’objectif du professeur est de faire correspondre l’étape  d’autogestion de l’apprenant et de préparer l’apprenant à avancer à des stades supérieurs.

Les étapes 1 à 4 sont discutées en détail dans la section suivante, qui est le cœur de l’article. 
Étape 1: Les apprenants de faible estime de gestion.
Les apprenants : Apprenants à charge (dépendants) ont besoin d’une autorité pour leur donner des directives explicites sur ce qu’il faut faire, comment le faire, et quand. Pour ces élèves, l’apprentissage est centré sur l’enseignant. Soit ils traitent les enseignants comme des experts qui savent ce que l’apprenant doit faire, ou passivement ils se glissent à travers le système éducatif, répondant principalement aux enseignants qui  ne «font»  que leur apprendre.

Certains apprenants sont dépendants dans tous les sujets qui sont «enseignés» ; d’autres ne dépendent qu’au cours de certains sujets.

Certains apprenants à charge deviennent d’excellents étudiants dans un domaine spécialisé, ils peuvent l’être, systématiquement, par la maîtrise d’un sujet déterminé ou de transmettre une tradition bien définie, approfondie et rigoureuse.
Certains apprenants sont durablement dépendants, d’autres sont temporairement des dépendants, car, en termes de Pratt, « qu’ils n’ont pas les connaissances, compétences, et de l’expérience ou la motivation et la confiance en soi pour faire des études» (1988, p. 168).

Être un étudiant à charge n’est pas un défaut, il peut toutefois être une sérieuse limitation. Tous les apprenants de n’importe quelle phase peuvent devenir temporairement dépendants face à de nouveaux sujets. Les apprenants des autres étapes peuvent librement choisir d’apprendre dans un mode à charge – par exemple, pour plus d’efficacité, les apprenants accèdent à un professeur.

 

L’étape 1 enseigner aux apprenants : «Coaching». Il y a au moins deux façons d’aborder l’enseignement des apprenants à charge par l’encadrement et par « l’insight – perspicacité» la découverte soudaine de la solution à un problème si on ne la pratique pas par une série d’essais-erreurs progressives.

Pour utiliser la méthode de coaching, vous devez d’abord prouver votre crédibilité et autorité. Dans cette étape, l’enseignant est un expert dont la maîtrise doit être réelle. Les apprenants à charge répondent mieux à une organisation claire, approche rigoureuse de l’objectif. Prescrire des objectifs clairs et des techniques simples pour y parvenir. Beaucoup d’étudiants s’attendent à ce stade à la discipline et la gestion (de sorte qu’elles sont présentes).
Étape 1 – Certains étudiants essaient (évaluent les compétences) leurs professeurs, donc décidez en avance la manière par laquelle vous répondrez « évidente ou voilée ». Les apprenants testent des défis contre votre autorité. Alors, organisez le cours clairement, avec les tâches rigoureuses et les dates limites définies. Gardez S1, les étudiants sont occupés à apprendre les compétences spécifiques et identifiables. Les normes fixes au-delà de ce que les étudiants pensent qu’ils peuvent faire et quoi qu’est alors nécessaire de réussir. Créer et récompenser le succès. Plusieurs méthodes d’enseignement comportemental bien confirmées travaillent bien l’étape S1.

 

Évitez de donner des choix aux apprenants S1. Gardez votre communication claire et complète, mais surtout à sens unique. L’instruction n’a pas à être impersonnelle, mais l’accent devrait être mis sur le sujet  pas sur les apprenants. Le classement doit être sans équivoque, l’objectif doit être proprement lié à la tâche à accomplir. Les retours devront être immédiats, souvent, axés sur les tâches, et strictement impartiaux.

L’expertise des enseignants et l’efficacité sont la clé dans le traitement de l’apprenant à charge. Ne soyez pas trop gentil à ce sujet. Si vous l’êtes, ils peuvent vous licencier tout doucement, essayez de profiter de vos compétences, ou tomber dans les habitudes du sabotage ou du non-apprentissage. Beaucoup d’apprenants à ce stade de développement dépendent des enseignants pour prendre des décisions eux-mêmes. Ils apprendront plus tard à le faire.

Ne soyez pas timide d’accepter votre rôle.

 

 Plusieurs caractéristiques de l’Étape 1 : Des enseignants semblent épouvantables aux partisans des styles d’enseignement centré étudiants. Dennis Fox, par exemple, critique cette méthode comme la théorie « de transfert » d’enseignement où les professeurs versent la connaissance dans le cerveau des étudiants. Freire l’appelle l’approche « bancaire ».

En étape 1, l’enseignement peut être limité et même punitif, la théorie SSDL(The Staged Self-Directed Learning Model).

Il  offre  en étape 1 un enseignement non adéquat, lorsqu’il est appliqué aux étudiants à tort ou utilisé pour conduire à la dépendance.

Apprendre dans un mode de prise en  charge va à l’encontre de l’éducation novatrice, humaniste  des adultes. Pourtant, comme Pratt le souligne, « il n’y a rien d’en soi dégradant ou destructif en pédagogie que la relation de la dépendance ou la prise en charge de la personne» (1988, p. 168).
La méthode de compréhension.

Une approche différente de l’enseignement en Étape 1 concernant les apprenants. Elle exige de les impliquer dans la conception et le contenu de l’apprentissage. Les étudiants commencent par l’idée de qu’ils sont et ce qu’ils veulent ou leur besoin d’apprendre. Habituellement, les éducateurs des adultes commencent de cette façon. Freire

 

Des exemples de l’Étape 1 d’enseignement.

Les enseignements théoriques mettant l’accent sur la matière.
Exercices structurés.
Missions très spécifiques.
Idem exercices.

Étape 1 : Les apprenants de faible estime en gestion

Les apprenants.

Les apprenants pris en charge ont besoin d’une autorité en leur donnant des directives explicites sur ce qu’il faut faire, comment le faire, et quand. Pour ces élèves, l’apprentissage est centré sur l’enseignant. Soit qu’ils traitent les enseignants comme des experts qui savent ce que l’apprenant doit faire, ou bien, ils  se glissent, passivement, à travers le système éducatif, répondant principalement aux enseignants qui «font tout» pour les faire apprendre.

Certains apprenants sont dépendants dans tous les sujets qui sont «enseignés » ; d’autres ne dépendent qu’au cours de certains sujets.

Certains apprenants pris en charge deviennent d’excellents étudiants dans un domaine spécialisé, ils peuvent l’être d’une façon systématiques, approfondie et rigoureuse, la maîtrise d’un sujet déterminé ou le transfert d’une tradition fixe.

Certains apprenants sont durablement dépendants et d’autres le sont temporairement. Car, selon Pratt, « ils n’ont pas les connaissances, compétences, de l’expérience, la motivation et la confiance en eux pour accomplir leur mission» (1988, p. 168).

Être un étudiant à charge n’est pas un défaut, il peut toutefois être une sérieuse limitation. Tous les apprenants, de n’importe quelle Étape, peuvent devenir temporairement dépendants face à de nouveaux sujets. Les apprenants des autres étapes peuvent librement choisir d’apprendre dans un mode de prise en charge – par exemple, pour plus d’efficacité, ils peuvent être assistés par un professeur.

La méthode de compréhension.

En Étape 1, une approche différente de l’enseignement qui exige l’implication des apprenants dans la conception et le contenu de l’apprentissage. Les apprenants commencent par l’idée de ce qu’ils sont et ce qu’ils veulent apprendre. Habituellement, les éducateurs d’adultes commencent de cette façon. Freire

Des exemples d’enseignement en Étape 1.

Les enseignements théoriques mettent l’accent sur la matière.
Exercices structurés.
Missions très spécifiques.
Exercices  « Idem »    

Tutorat individuel intensif.
Des exemples de la méthode de connaissance: 

-  Développer une conscience critique de la situation de sa vie, analyser les besoins;  définir les objectifs. (Plus d’explication en étape 3.)

-  Modèles des enseignants pour l’Étape 1.

-  Les entraîneurs au sport, théâtre, musique.

-  Entrainement au vocabulaire et à l’orthographe.

-  Un instructeur de karaté.

-  Le chef de groupe musical au collège  (système scolaire américain) doit posséder  la mécanique du droit de la musique.

Un autre exemple de l’étape 1, l’enseignant apparaît dans le film, Lean On Me (s’appuyer sur moi), où un père fort figure avec un style autoritaire ravive un lycée qui avait perdu le contrôle. Mais comme la plupart des admirateurs des méthodes en Étape 1, les créateurs de ce film ne demandent pas comment les étudiants progressent à une plus grande autonomie et de responsabilité.

   Étape 2:  Les apprenants autodirigés   de manière modérée

Les apprenants.

En Étape 2, les apprenants sont «disponibles». Ils peuvent être intéressés ou désintéressés. Ils répondent à des techniques de motivation. Ils sont prêts à faire des travaux pour atteindre leur but. Ils sont confiants, mais il se peut qu’ils ignorent largement le sujet de l’enseignement. La plupart des enseignants sont des «bons élèves» en ce qu’ils savent.

(Dicton de certains inspecteurs d’enseignement : l’enseignant est le meilleur étudiant de son groupe)

Enseigner l’étape 2 apprenants : «motivante».

En  Étape 2,  l’apprentissage est ce qui est connu comme «un enseignement de qualité » dans de nombreuses écoles et collèges. En cette étape, l’enseignant apporte l’enthousiasme et la motivation à la classe, arrosant les apprenants par  l’excitation à l’apprentissage. Un tel enseignant convainc, explique, et vend à l’aide d’une directive, mais très proche de soutien qui renforce la volonté de l’apprenant et son enthousiasme.

En cette étape, les apprentis branchent s’ils comprennent pourquoi et si le professeur les oriente et les aide. Ou bien, ils suivront parce qu’ils aiment l’enseignant. Les apprenants répondent de façon positive à l’action réciproque personnelle de l’enseignant (ce qui n’est pas le cas en Étape 1)

En cette étape, pour enseigner, il faut donner des explications claires des raisons pour lesquelles les compétences sont importantes et la façon pour les aider à s’en approprier. Affichez des résultats concrets dans ce que vous enseignez. En Étape 2, si les étudiants sont Motivés et encouragés, ils continueront  d’apprendre par eux-mêmes.

En Étape2,  l’enseignement est encore très directif.

En cette Étape 2,  les enseignants ressemblent à  Fox (voir ses méthodes et visions pédagogiques)

« Shaper » — le professeur qui « regarde des étudiants, ou bien leurs cerveaux, comme une matière première (le métal, le bois ou l’argile) être ajusté (limé), ou être moulé, ou être tourné d’une façon déterminée d’avance et souvent détaillée » (1983, p. 153).

En Étape 2, les éducateurs sont novateurs, mais Fox les dévalue et encourage les styles d’enseignement moins directifs.

Le Conférencier est une source d’inspiration de l’interprète.

  •   Programmes de formation en industrie.
  •   Une discussion dirigée par l’enseignant
  •   La Démonstration par un expert, suivi par la pratique dirigée.
  •   Les projets structurés avec des issues prévisibles, rapprochement du contrôle, et encouragement des amples  réactions.

Les projets structurés de l’art commercial et conception des studios (l’exemple de Fox).

• Une mère qui apprend  un enfant à parler (note la combinaison de deux éléments : la forte interaction personnelle se focalise sur le sujet).

L’Étape 2, les modèles pour les Professeurs.

  •  Beaucoup d’écoles  inspirantes aux professeurs.
  •   Beaucoup de passionnantes écoles de professeurs sont en « Étape 2 – professeurs ».
  •   D’autres incluent de grands conférenciers, les évangélisateurs, et les professeurs de TV pour leur charisme, comme Carl Sagan et comme James Burke (« Of Connexions »).
  •   Des classes de danse Aérobique combinent l’Étape 1 de l’enseignement directif avec l’Étape 2e la motivation.

En Étape 2 concerne le type d’enseignement que beaucoup d’apprenants exigent quand ils font face à d’un sujet difficile pour la première fois- comme Shakespeare.

L’enthousiasme du professeur porte des étudiants jusqu’à ce qu’ils apprennent de devenir très motivés. Si les étudiants restent dépendants au professeur pour être motivés d’apprendre cependant le professeur échoue. (Motivation intrinsèque)

Le personnage de Robin Williams dans « Dead Poets Society » (la Société Morte des Poètes Morts) est un exemple de l’Étape 2, le professeur est comme l’interprète-conférencier. Il défie un groupe las, mais accessible aux garçons pour devenir excités de la poésie. Ses méthodes sont théâtrales ; il est un interprète du maître quand il fait son cours. Il exige aussi qu’ils deviennent impliqués, soient debout devant le groupe et récitent leur propre travail pour courir des risques. De façon intéressante, en réponse à son encouragement, ils se déplacent à une version d’Étape 3 : ils forment leur propre groupe de poésie.

Remarquez que leur auto-direction est situationnelle : ils ne forment pas aussi de groupe de géographie ou deviennent plus d’autodirigés dans la capacité de parler à leurs pères. Le problème avec  Dead Poets Society (Société de Poètes Morte)

Shirley MacLaine, dans le film, la Madame Sousatska, montre une sorte différente d’Étape 2 où le professeur conduit, aiguillonne, cajole, inspire, recherche  des critiques et contrôle le développement de l’étudiant (fusionnant beaucoup l’Étape 1-méthodes). L’intensité de ce film provient du fait que ses meilleurs élèves doivent et deviennent trop grands et  passent au stade des enseignants moins directifs.

 Le rôle des enseignants est de préparer les apprenants à devenir plus autoproductifs, il est important à ce stade pour commencer la formation des étudiants dans les compétences de base telles que l’établissement d’objectifs.

  • Utilisez la louange, mais avec un œil de leur retrait progressif  (motivation extrinsèque) et mise en place progressive d’encouragement (qui construit la motivation intrinsèque) (Dinkmeyer & Losoncy, 1980).
  • Renforcez la confiance en l’acquisition de compétences.
  • Aidez les apprenants d’appréhender la connaissance de leurs différents types de personnalités, l’existence des buts et des styles d’apprentissage.
  • Fixez des normes élevées et motiver les apprenants à les atteindre.

 La communication est bidirectionnelle. L’enseignant explique et justifie chaque mission et convainc les apprenants de sa valeur. Les apprenants communiquent leurs réponses et leurs intérêts. Un enseignant de bonnes relations « Etape 2 »  favorise  l’intérêt des apprenants.

Étape 2 l’enseignement est encore très directif. La phase 2 des enseignants ressemble à ce que dit Fox « Shaper » – l’enseignant qui  « regarde des étudiants, ou bien leurs cerveaux, comme une matière première (le métal, le bois ou l’argile) être ajusté (limé), ou être moulé, ou être tourné d’une façon déterminée d’avance et souvent détaillée »(1983, p. 153). Typique des enseignants innovateurs, cependant, Fox dévalue la phase 2 des enseignants et la promotion d’autres, les styles d’enseignement moins directif. Le modèle SSDL propose que ce style d’enseignement puisse être la meilleure façon d’enseigner aux apprenants qui sont à l’étape S2 (par rapport à l’objet spécifique à apprendre), et il faut être prêt à l’utiliser sans excuses.
NB: Il est essentiel lors de toute utilisation de cette propriété intellectuelle ou d’une partie, il faut avoir le consentement de son auteur, au risque d’être condamné à payer des dommages et intérêts. Pour consulter le contenu en anglais:

 

CES DESSINS  AFFICHENT LES VERBES D’ACTION EN ENSEIGNEMENT ET FORMATION

 

 gerald grow 3

 

Gerald Grow 4

 

Gerald Grow 1

 

gerald grow 2


À propos de admin

Expert en andragogie , formateur de formateurs en formation professionnelle , avec un long et riche parcours de formateur, Directeur des Études au Directeur de plusieurs Centre et Institut de tous niveaux Confondus d'une façon consécutive. Actuellement, formateur de formateurs pour adultes et Motivateur.
Ce contenu a été publié dans autogestion, développement humain, enseignement des adultes, FORMATION DE FORMATEURS, gerald Grox, leadership, SDL, SSDk, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire